Bienvenue sur Ai No Kusabi RPG, Invité !

Ce forum est un RPG YAOI basé sur les OAV ainsi que sur le roman "Ai No Kusabi".

Compte tenu du caractère particulièrement violent et/ou sexuel (ou érotique), que peuvent contenir certains messages, nous déconseillons fortement l’inscription aux moins de 18 ans et aux personnes trop sensibles.

Nous attendons également de nos membres une certaine maturité, ainsi qu’un minimum d’expérience et de qualité d’écriture. Merci d'en tenir compte avant toute inscription.

>> Design optimisé pour Mozilla Firefox !!

Attention : Si certains onglets (sur la droite de la bannière ou autres) sont en décalage, actualisez la page afin que tout rentre dans l'ordre.




Ai No Kusabi refait peau neuve dans une nouvelle version !

http://ai-no-kusabi-reload.forumactif.org/

Partagez|

Sven Westergaard [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
▌Localisation : Enfermé dans son loft

INFO +
Avis :
Pouvoirs:
Autres :

MessageSujet: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 0:16

Citation :




    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    ¦Nom¦ ▬ Westergaard
    ¦Prénom¦ ▬ Sven
    ¦Surnom¦ ▬
    ¦Statut¦ ▬ Célibataire
    ¦Age¦ ▬ 31 ans
    ¦Lieu de naissance¦ ▬ Amoï
    ¦Préférence sexuelle¦ ▬ Bissexuel,seme... mais bon là c'est plutôt de l'ordre du "rien du tout" depuis un long moment
    ¦Métier¦ ▬ Ex-membre du syndicat
    ¦Groupe¦ ▬ Blondies
    ¦Race¦ ▬ Blondie

    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Description Physique¦
Sven n'a pas toujours eu cette allure renfermée qui le caractérise: malgré sa grande taille - environ 1m88 - son allure élancée et sa stature plus que correcte, l'homme sait rester discret... Il ne lui manque plus que de porter une grande cape noire pour se donner l'allure du fantôme de l'Opéra ou d'un quelconque vampire perdu sous le soleil de Tanagura. Lugubre, renfrogné, manquant cruellement de loquacité, Sven possède malgré tout les restes d'une présence éclatante, qui se traduisent dorénavant par un charisme sombre, glacial et austère. Ce que l'on remarque en premier lorsqu'on rencontre Sven, c'est qu'il fait peur, et que son look ténébreux ferait sans doute pâlir d'envie Vlad Tepes du fond de son caveau. Pourtant il n'en reste pas moins un blondie... A la beauté presque surréaliste, malgré les traces honteuses du passé, qui ont prélevé leur tribu, transformant au passage notre homme en cet espèce de vautour mal embouché.

En effet, si on observe plus en détail cette silhouette racornie par la rancœur, on remarquera que le physique de Sven ne se résume pas à cela, loin de là. Tout d'abord, Sven n'est pas de ceux qui malgré une taille indécente entrent dans la catégorie des poids plumes: quoiqu'il paraisse - et soit - fin de visage comme de corps, il possède une musculature sèche, en longueur, tout à fait respectable, qui est en réalité plus développée qu'elle n'y parait au premier abord. Si il daignait se tenir droit, Sven retrouverait sans doute l'allure svelte et noble qui faisait sa popularité autrefois, quand pour lui le vent n'avait pas encore tourné. Sven possède un visage doux quoique anguleux, un peu étroit et allongé. Sa beauté est sévère mais indéniable: malgré quelques traits marqués, son faciès est harmonieux. Il possède un nez aquilin. Ses lèvres fines sont souvent pincées comme il semble être contrarié la plupart du temps. L'arc de ses sourcils cache un regard puissant, perçant, dont la douce couleur lavande ne parvient pas à réduire l'hostilité naturelle... Notons que ce regard, aussi puissant soit-il, est incomplet. Cela fait des années que l'œil qui aurait dû se trouver dans son orbite gauche n'y est plus, crevé, réduit à un état tel qu'il était impossible de le préserver, ne serait-ce que pour éviter de laisser la paupière flottante. L'accident malheureux qui lui a valu cette perte a aussi laissé sa marque sur sa joue et son front, où le sillon profond épais et irrégulier d'une cicatrice prolonge la blessure de l'œil, comme pour tenter de la justifier. Il porte un cache-œil en permanence, mais cela ne suffit pas à masquer ce qu'il faudrait... Sven a longtemps porté les cheveux courts, mais les a laissé pousser pour cacher sa disgrâce. Cliché? Bah oui mais que voulez-vous... Au moins, c'est efficace. Les dits cheveux sont denses, épais, très lisses, et d'un blond platine à peine teinté, presque blanc, preuve d'un pédigrée pas des moindre. D'autres particularités? De longues mains arachnéennes aux ongles souvent un peu trop effilés... Un style vestimentaire sobre, sombre ou monochrome, sur lequel s'ajoute un vieux et long manteau de coton noir élimé dont l'allure n'est sans doute pas jugée digne d'un blondie par la plupart. Bah... Sven ne sort jamais chez lui de toute façon. Et ce n'est plus qu'un détail, maintenant...

¦Signes distinctifs/Autres¦ ▬ Sven est borgne. Sa paupière vide est masquée par un cache-œil et une cicatrice barre la partie gauche de son visage. Il semble émaner de lui comme une aura de mauvaise humeur, d'hostilité. Il a l'air à peu près aussi sauvage et sociable qu'un chacal teigneux confronté à un éléphant. C'est suffisamment explicite...


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Description mentale¦
Sven est un homme profondément marqué par son passé, quoiqu'il soit à l'origine fort et déterminé... Les successions d'épreuves qu'il a subi l'ont brisé, si bien qu'il n'est plus que l'ombre de lui-même. Il s'agit d'un homme à l'intelligence fine, et dôté d'une répartie étonnante, qui lui permet d'être un excellent négociateur comme un ennemi à la langue acérée. Enfin... Ca, c'était avant. Cinq années vécues hors du monde ont eu tendance à le transformer en ours un peu bourru, quoique le naturel soit toujours prompt à revenir lorsqu'on se donne la peine de l'aider à se déterrer. Sven est un homme sans beaucoup de scrupules: pragmatique, il est prêt à tout pour parvenir à ses fins, du moins lorsque cela ne concerne pas des personnes qu'il apprécie sincèrement. Elles sont rares... Mais elles font en effet partie d'un ilôt de bonté qu'il cache profondément en lui et ne réserve qu'à une minorité. Que des blondies, bien entendu, étant donné la haine farouche qu'il voue aux humains... . Non, ça va même plus loin que ça. Sa haine est doublée d'une peur viscérale qu'il voue à cette espèce sauvage, sans tenue, voire barbare et trop imprévisible. Face à un être humain, Sven est capable de perdre sa raison, son sang-froid, et il est difficile de dire jusqu'où il pourrait aller en cas de provocation... ou bien juste de manque de tact, en fait. Le reste du temps, Sven sait se tenir. Il est même du genre extrêmement discret, et peu loquace. Devenu cruellement associal du fait de son actuel manque de confiance en lui, et de confiance aux autres, Sven ressemble un peu à un animal sauvage, méfiant et faisant en sorte d'éloigner quiconque tente de l'approcher de trop près. Au départ, Sven est quelqu'un qui aime vivre en société. Cette existence ne lui convient pas, mais il a abandonné l'idée d'en recouvrir une plus décente un jour...

¦Défauts majeurs¦ ▬ Froid, sans scrupules, cruel à ses heures perdues, asocial, méfiant et presque muet comme une carpe.
¦Qualités majeures¦ ▬ Intelligent, doté d'un grand sens de la répartie lorsque sa langue daigne se délier, charismatique quand il s'en donne la peine, loyal et droit envers les personnes qu'il apprécie vraiment
¦Troubles/Phobies¦ ▬ Manque de confiance en soi dû au rejet de ses compatriotes et de Jupiter, peur de se confronter aux autres, haine/phobie des humains
¦Particularités¦ ▬ Sven peut sembler irritable, mais la plupart du temps, il intériorise tout - ou bien essaie.
¦Manies¦ ▬ Plaquer ses cheveux devant le côté de son visage balafré, ou bien le cacher par tous les moyens à sa disposition.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Histoire du personnage¦
Il y a quelques dizaines d'années de cela, Sigmund Westergaard, éminent membre du syndicat de Tanagura, décida d'ajouter à sa vie un peu de sens en adoptant un enfant fraîchement sorti des "meilleures" cuves de la ville. C'est là que commence l'histoire de Sven, qui naquit donc dans le luxe, fort de la position avantageuse que lui conférait son lien de parenté avec Sigmund. Ce dernier était un solitaire qui n'avait jamais vraiment pris la peine de se construire une vie au dehors de ses activités politiques. Malgré son matérialisme forcené, la solitude l'avait rattrapé, et c'est pour cette unique raison qu'il adopta un fils, peu désireux de chercher l'âme soeur et préférant largement prodiguer les meilleurs soins possibles à un enfant qui le nécessitait vraiment.

C'était mal parti pour Sven, en un sens, car d'être élevé par un handicapé des relations sociales n'aide généralement pas à apprendre à s'intégrer et à s'ouvrir aux autres. Malgré cela Sven était suffisamment extraverti pour pallier à cette éducation incomplète. Sigmund était un père aimant, si bien que Sven apprit à l'apprécier, à le considérer avec une tendresse qu'il n'accordait à personne d'autre. L'enfant devint homme et chaque jour passé avec son père renforçait le lien entre eux, sans doute rendu plus fort du fait que leur famille n'était composé que d'eux deux. Le rapport de force finit par se renverser, et bientôt, ce fut le fils qui fut aux petits soins du père. Une belle histoire d'amour filial, n'est-ce pas..? Bien sûr, tout n'était pas rose chez les bisounours: Sigmund n'était pas un homme généreux ni bienfaisant. Sven suivit sa trace jusqu'à finir par lui ressembler en tout point: Malgré une capacité d'empathie dont Sven pouvait bien faire ce qu'il voulait (la laisser s'exprimer ou non) le jeune homme était doué d'un pragmatisme et d'un manque de scrupules à toute épreuve. Froids et impitoyables, les Westergaard n'étaient pas connu pour leur gentillesse, ni pour leur clémence. Leur cruauté potentielle pouvait tomber sur le coin du nez de certains blondies qui auraient osé leur mettre des bâtons dans les roues... Autant dire que lorsqu'il s'agissait d'humains, ça pouvait aller très loin. Les Westergaard étaient des blondies de première génération très attachés aux coutumes "locales" ainsi qu'aux idéaux de Jupiter. Ils considéraient les humains comme du bétail et se souciaient très peu de ce que pouvaient penser leurs pets et leurs meubles de leur statut. Sous certains aspects, ils pouvaient sembler sadiques. Mais revenons un peu en arrière, et suite à ce tableau décrivant l'ambiance chez les Westergaard à cette époque "bénie", reprenons donc le fil du récit...

Sven était un enfant trop calme, mais brillant. Il restait généralement à l'écart et se contentait de travailler en silence dans la salle de classe, décrochant l'approbation de ses professeurs lorsqu'ils passaient derrière lui pour vérifier son application et la justesse de ses réponses. L'adolescence parvint à décrocher une partie de cette réserve naturelle que lui conférait son éducation: Il grandissait et devenait fort agréable à regarder, et du coup il n'était plus aussi facile de rester seul dans son coin, car les miracles de l'esthétique firent que de nombreux jeunes de son âge commencèrent à essayer de l'approcher. Il s'avéra bien vite que Sven n'avait rien d'un ours des cavernes incapable d'aligner deux mots, et ses nombreuses années de silence l'avaient en réalité frustré: les mots sortaient avec une fluidité impressionnante. Le charisme de Sven se déploya d'un coup comme si son potentiel avait été jusque là ignoré. Il devint plutôt populaire et commença à s'épanouir, heureux comme un pape alors qu'il découvrait le sens du terme "vie sociale" et des déconnades entre amis.

Bien sûr, on ne peut pas plaire à tout le monde. La popularité soudaine du jeune homme alimenta le feu d'une jalousie perverse chez certains, que les origines sociales de Sven n'arrangeaient en rien. Sven était un Westergaard, soit un membre d'une des familles les plus prestigieuses de Tanagura. Tout le monde n'accueillait pas cela d'un bon œil, surtout lorsque l'on savait que les richesses immenses et tout le patrimoine de son père ne seraient pas les seules à lui revenir sans qu'il ait à bouger le petit doigt: Sigmund idolâtrait son fils et vantait son intelligence à qui voulait bien l'entendre. Avant même d'être sorti de l'académie, Sven était déjà promis à rentrer dans le syndicat là où des blondie d'un âge plus avancé avaient multiplié les candidatures et attendu des années en vain pour réussir à décrocher une place. Il se fichait pas mal de ces jalousies. Il était encore jeune et immature. La vie politique ne l'intéressait pas vraiment, et il ne s'imaginait pas sortir de l'académie. Il préférait vivre au jour le jour, amuser ses amis, et affiner son sens de la répartie cinglante sur ses ennemis, qui ne lui faisaient pas peur, au contraire: Sven avait un goût prononcé pour le conflit, il adorait rentrer dans le lard des gens et les casser à force de phrases bien senties, pleines de vérité, pour lesquelles il avait le don. Ça non plus, ça n'aide pas à se faire des amis... Mais cela avait-il une quelconque importance? Les Westergaard avaient une position assurée ne serait-ce que par le soutien de Jupiter. Ils étaient intouchables. En théorie.

Chez les Westergaard pendant ce temps, ce n'était pas la joie pour tout le monde. En effet, ni Sven ni Sigmund n'étaient dérangés par le concept d'esclavagisme, qu'ils trouvaient au contraire bien pratique. Sven avait un certain goût pervers pour la souffrance... Ainsi, même si il n'allait pas aussi loin que certains autres, il aimait bien collectionner les pets, surtout ceux qui étaient un peu rebelles... Il ne les blessait pas, pas vraiment du moins, et n'allait généralement pas jusqu'à les briser - ça ne lui aurait pas posé de problème de conscience de le faire, comprenons bien... Simplement il ne trouvait pas ça super drôle de casser ses jouets - mais il aimait beaucoup chercher la faille dans leur coquille... La manière de les retourner totalement, à la manière d'un veste ou d'une grue en origami. Généralement les pets qu'il parvenait à manipuler finissaient par l'adorer pour de mauvaises raisons. Bon. Bien sûr, il y eut quelques ratés, et il fut obligé de "jeter" quelques unes de ses possessions trop fragiles qui avaient finalement atteint le stade de la chambre capitonnée. Lorsque ça arrivait, ça énervait Sven suffisamment pour qu'il s'aliène sans prévenir et passe sa mauvaise humeur sur tout ce qui respirait. Il était alors invivable pendant quelques jours d'affilée, et même ses amis blondies l'évitaient en se plaisant à dire "qu'il se tapait sa crise périodique". Parfois, un pet terminait en meuble avant d'avoir eu le temps de dire "mais". D'autres fois, il finissait avec un gros coquard, quoique Sven répugnât en temps normal à poser lui-même les mains sur ses possessions qu'il préférait considérer un peu à la manière d'insectes dans un bocal. On tapait sur la vitre et la mouche voletait en tout sens, affolée. Bref. Généralement, chez les Westergaard, les humains tentaient de faire profil bas, car les fortes têtes étaient les premières à prendre cher quand le plus jeune de la famille perdait son sang froid. L'ambiance de la maisonnée était tendue, et les humains, un peu trop nombreux. Mauvais plan.. Cela dit Sven n'avait pas prévu qu'il finirait par perdre toute commune mesure à un moment donné de sa vie plus difficile que ce qu'il avait connu jusqu'à présent.

Lorsqu'il eut une vingtaine d'années, il fut temps pour lui de quitter l'académie et d'entrer dans la vie active. En vue de sa fortune, il aurait pu chômer sans problème, mais son père nourrissait en lui de grands espoirs et Sven, qui n'était pas un flemmard, n'eut pas envie de le décevoir. Non, il n'était pas l'un de ces adulescents rebelles qui cherchent à faire tout le contraire de ce que souhaiteraient leurs parents pour eux... Sven rentrait dans le carcan que Sigmund lui avait imposé, et même si il avait suffisamment de caractère pour s'opposer à son père en cas de besoin... Le jeune homme n'avait aucune raison de le faire. Il n'avait pas d'autre envie de carrière à combler, et il se connaissait suffisamment pour savoir que de ne rien faire de ses journées finirait par le rendre dépressif: il avait besoin d'être actif, et il allait finir par se lasser si il se contentait de passer son temps à compliquer la vie à ses pets et à organiser des soirées mondaines. Trop de confort tue le confort, trop de luxe tue le luxe. La politique n'était pas une passion chez lui, mais les négociations et les actes d'argumentation et de manipulation en étaient une, alors finalement, il trouvait son compte là dedans.

Il fut bien entendu pistonné et rentra dans le syndicat en moins de deux, où il fit rapidement ses preuves. Le jeune homme était vraiment la copie conforme de son père: intelligent, vif d'esprit, malin, charismatique et beau parleur. Il avait tout ce qu'il fallait pour rentrer dans le jeu politique et il devint vite très populaire, ici aussi. On oublia qu'il avait obtenu son poste façon "fils à papa", et il fut bien vite respecté par la plupart. Bien sûr, les jalousies nées alors qu'il était encore à l'académie existaient toujours... Certaines personnes furent incapable d'admettre qu'il était doué pour ce qu'il faisait et qu'il méritait sa place. Entre autre, Aaron St Johns, son "rival", ne l'avait jamais aimé car Sven lui faisait de l'ombre. Il fut l'un de ceux qui œuvra pour le discréditer et lui faire perdre en influence. Bien sûr... Tant que Sigmund était là, rien n'était vraiment possible, car l'homme était bien trop puissant, trop influent, pour que les attaques et les coup de poignard dans le dos puissent l'atteindre. Mais les ennemis de Sven n'hésitèrent pas à faire courir de drôles de rumeur à son sujet, avant que le jeune homme n'ait l'occasion de définitivement conforter sa position. Il serait bientôt aussi intouchable que son père, si bien que le jeu de ses concurrents était fortement limité.

Tout se serait peut-être bien passé pour lui en fin de compte si le vent n'avait pas tourné, et si un malheur inattendu ne s'était pas abattu cruellement sur la maisonnée des Westergaard. Sigmund était encore jeune, pour un blondie. Il avait tout la vie devant lui... en théorie. Malheureusement personne, même les fils de Jupiter, n'étaient à l'abri des aléas du destin. Sigmund revint d'un voyage d'affaire dans une contrée lointaine avec une migraine légère, mais néanmoins contrariante. Il en fit part à son fils qui ne s'en inquiéta tout d'abord pas, plaisantant même à ce sujet. Ce n'était qu'un mal de tête! Il n'allait tout de même pas en faire tout un plat... Le mal de tête ne s'arrangea guère avec le temps. Trois jours plus tard, Sigmund s'effondra sur le sol sous le regard affolé de Sven qui ne put rien faire pour l'aider à aller mieux. On emmena le conseiller dans les meilleurs hôpitaux de tout Tanagura et toute la technologie d'Amoï fut utilisée pour tenter de le guérir du mal inconnu qui le rongeait progressivement... Mais toutes les tentatives des médecins furent inutiles. Le souvenir de ces journées d'horreur reste gravé dans la mémoire de Sven, et sans doute dans la mémoire de ses meilleurs amis de l'époque, qui tentèrent de l'accompagner durant cette épreuve... mais pouvaient-ils vraiment faire quoi que ce soit?

Sven était méconnaissable. Il passait ses journées au chevet de son père, l'air pâle et hagard, échevelé, et ignorant tout ce qui se passait autour de lui - même lorsque on tentait de s'occuper de lui ou de lui adresser la parole. Il marmonnait des bribes de mots incompréhensibles entre ses dents, tenant fort la main du malade dans la sienne. Il oubliait de manger et même de dormir. Finalement, on dut le mettre en arrêt maladie tout aussi bien que Sigmund car on ne pouvait juste plus rien en tirer.

Sven n'était pas dans cet état uniquement parce que son père se mourrait. Il fallait voir l'état du corps du blondie charismatique qu'avait été Sigmund. Des pustules rouges formaient des cratères sur son épiderme diaphane et délicat, massacré par la maladie. La gangrène creusait déjà sa peau d'ulcères nécrosés noirs... Un véritable catalogue de couleurs et d'odeurs vomitives, alors que Sigmund n'était déjà plus qu'un morceau de viande bavant, que la conscience avait quitté. On fut obligé de séparer Sven de ce qui restait de son père, et de le mettre en quarantaine, alors que la maladie prenait trop d'ampleur: On n'avait jamais rien vu de tel sur Amoï, et c'était inconcevable qu'un blondie puisse mourir dans un tel spectacle d'horreur, sa dignité perdue de manière totalement absurde. L'affaire fut tue: personne ne devait savoir. Les relations diplomatiques avec la planète d'où venait cette maladie exotique furent purement et simplement rompues car le syndicat ne voulait pas risquer que cette horreur se reproduise. Sigmund mourut et son corps ne fut jamais exposé. Sven n'eut l'occasion de retourner chez lui que bien plus tard, lorsqu'on fut sûr qu'il était en bonne santé et n'avait pas incubé la maladie.

Il était étrangement calme, serein, comme si rien ne s'était passé. Il ne parlait à personne de ce qu'il avait vécu, ni de ce qu'il avait vu. Il reprit le travail comme si de rien n'était, à la grande surprise de l'ensemble de ses collègues qui avaient cru qu'il serait incapable de reprendre le flambeau après un pareil épisode. Disons que... Sven intériorisait très bien son horreur et sa douleur lorsqu'il était dehors. Dès qu'il rentrait chez lui par contre... C'était une autre paire de manche.

C'était un fait: lorsqu'il était contrarié, Sven pouvait devenir invivable, voire même violent. Il fit payer à ses esclaves le prix fort pour ce qu'il venait de vivre. Dès qu'il rentrait, meubles et pets tremblaient de peur d'être le prochain à subir le courroux d'un Sven qui ne semblait d'un coup plus avoir aucune limite. Tortures et viols, sans même se préoccuper de la bienséance... Sadisme à l'état pur... Sven avait complètement fondu un fusible, même si il le cachait bien en société. Il voulait pallier à la souffrance de son père en infligeant pire aux autres: A ces autres qui ne valaient rien et osaient peupler sa maison sans une pensée désolée en l'honneur de leur maître décédé. Ils étaient les pires...

Mais d'aller trop loin sans prendre de précautions vis-à-vis de potentielles mutineries n'a jamais été une brillante idée, même lorsqu'on est un blondie puissant et respecté. Les humains que Sven possédait encore n'eurent aucune compassion à l'égard du jeune homme égaré. Ils ne voyaient qu'un fou sadique, un meurtrier qui n'accordait aucune valeur à leur vie. L'un d'eux refusa de supporter ces traitements plus longtemps. Nul ne sut qui fut celui qui agressa l'autre le premier... Sven ne parle jamais du souvenir cuisant que représente cet instant pour lui. Les meubles les plus dévoués de son père accoururent lorsque les bruits de vaisselle cassée et les cris retentirent, dans la cuisine. Lorsqu'ils arrivèrent, l'un des plus récents pets de Sven était par terre, mort, une bouteille cassée enfoncée dans la poitrine. Les tessons de verre recouvraient le sol, ainsi que plusieurs flaques de sang... Sang dont était couvert Sven, sa main rougie posée contre la partie gauche de son visage, tandis que le blondie restait prostré et tentait en vain de ne pas gémir de douleur. Si nul ne sait ce qui s'est vraiment passé... D'aucun imagine aisément que ce fameux pet, Kriss, s'est acharné sur Sven à l'aide d'un tesson de verre brisé dans la lutte. Sven est parvenu à reprendre l'avantage malgré la surprise et a tué son adversaire avant de se faire tuer lui-même... Mais c'était déjà trop tard pour son visage, trop défiguré pour que la chirurgie puisse faire quoique ce soit pour lui. C'est a priori déjà une chance que sa cicatrice n'ait pas pire allure, vu l'état dans lequel il était lorsqu'on le traîna à l'hôpital - de nouveau.

Une maladie exotique rare développée par son père en voyage d'affaire, puis la rébellion d'un pet qui s'acharna symboliquement sur son visage... Une série sombre semblait bel et bien avoir commencé pour Sven, dont le karma ne devait décidément pas avoir une allure géniale, vu la quantité et la gravité des événements totalement improbables qui lui tombaient dessus. Lorsqu'il sortit de l'hôpital, sa rage et sa douleur étaient encore intactes. Il avait eu le temps de prendre conscience de ce que signifiait cette blessure, et de l'impact qu'elle aurait sur sa vie, sur tous les plans. Qu'importe la civilisation, le physique avait une grande importance, en politique. Sur Amoï et pour un blondie, élite d'une société esthète impitoyable, l'arrachement de son oeil et cette cicatrice disgracieuse risquaient de lui porter préjudice sur bien des plans. Tout d'abord, son estime de soi venait de prendre un coup. Il était horrifié à l'idée que l'image que reflétait dorénavant le miroir puisse être sienne. Ensuite... Il était à peu près certain que son statut social n'allait lui non plus pas s'en remettre.

Lorsqu'il rentra chez lui sa rage était toujours neuve et éclatante. Pour venger son honneur arraché, il envoya tous ses pets au bloc opératoire. Les nouveaux meubles furent revendus, ou bien jetés sans autre forme de procès. Il ne voulait plus d'humains dans sa maison: le dégoût, la haine, voire la peur qu'il venait de développer pour leur espèce était telle que c'est seulement avec réticence qu'il garda les plus anciens meubles de son père, ceux qu'il savait loyaux, pour s'occuper d'entretenir son loft. L'agression qu'il avait subi eut néanmoins sur lui l'effet d'un seau d'eau froide sur la tête... La colère retomba pour laisser toute la place à la honte et la tristesse. Sven avait chèrement payé le silence des médecins, et tué les pets ou les meubles qui auraient pu parler. Personne ne fut mis au courant de ce qu'il s'était passé... pas même ses amis, en fait, qu'il n'osait plus même contacter, par peur de leurs réactions. Bien entendu il n'aurait rien pu cacher à Jupiter, mais ce n'était pas comme si il avait la moindre possibilité de taire complètement cette affaire. Il devait reprendre le travail.

La surprise fut bien sûr totale lorsque Sven arriva au syndicat avec sa nouvelle apparence... Cache-œil et balafre magistrale en plein milieu de la figure. L'étonnement général se mua en horreur chez certains... en jouissance intellectuelle chez d'autres, qui voyaient là le moyen de balayer les appuis de Sven dont la dignité de blondie était désormais quelque peu... compromise. Le principal concerné se retenait de fuir la queue entre les jambes... mais au minimum, il lui restait sa fierté d'homme.
Personne n'osa rien dire. Rien dire en face de Sven, du moins... Il restait le fils de Sigmund dont le monde se souvenait en bien. Il restait un prodige et un élément de qualité pour le conseil, et certains étaient prêts à s'en tenir à cela malgré la gêne que leur procurait sa vue. C'était justement ces indécis là que les ennemis de Sven se décidèrent à convaincre de l'abandonner. Il fut assez facile pour ces illustres anonymes de corrompre un unique élément neutre du conseil pour lui faire porter à Sven un dossier, une proposition de réforme en fait sur lequel le traître lui demanda conseil. Sven avait à vrai dire d'autres préoccupations... Il ne remarqua pas la manoeuvre. Heureux de pouvoir se perdre d'une manière ou d'une autre hors de la réalité, il s'impliqua dans ce dossier, et aida donc l'homme à le finaliser. Une chose l'étonnait beaucoup. Cette réforme était intelligente mais impliquerait le mécontentement provisoire d'une grande partie de la population de Tanagura... Il s'agissait d'un énorme investissement fait pour la recherche. Dans l'absolu, cet investissement permettrait potentiellement par l'avenir d'améliorer les connaissances en médecine de la planète: apprendre à prolonger la vie, reconstituer des organes détruits, améliorer les capacités de régénération du corps... Tant de perspectives qui miroitaient forcément aux yeux de Sven, qu'importe la distance qu'il tentât de tenir vis-à-vis de ce projet.

Lorsque arriva le temps de le présenter au syndicat, les ennemis de Sven avaient déjà sensiblement semé la discorde dans l'assemblée. Les rumeurs couraient à propos de Sven, qui comptait voler l'argent de ses pairs pour financer des recherches onéreuses et totalement irréalistes. Le traitre nia son implication dans l'affaire, face à un Sven estomaqué qui comprenait seulement ce qu'il s'était passé en réalité. Les critiques fusèrent, plus dures, plus acides et déterminées qu'elles ne l'avaient jamais été. Tout le monde était contre lui, et personne ne daignait mettre d'eau dans son vin. Même si Sven eut l'intelligence d'éviter de faire remarquer que cette affaire n'était qu'un sordide coup monté... Rien de ce qu'il put dire ou faire n'y changea rien. La réunion se termina sur une mauvaise impression... Il sentait que quelque chose était en attente, et allait se produire d'ici peu... . Quelques jours plus tard, sans crier gare, il reçut une lettre du syndicat qui le prévenait en toute politesse qu'il avait fait son temps et semblait ne plus être capable d'avoir l'objectivité et la profondeur de réflexion requise pour faire partie du haut conseil. On le mettait au placard. Bien entendu, ils n'avaient pas jugé nécessaire de l'inviter à sa propre réunion de licenciement. C'était étrange comme d'un coup, les gens pouvaient trouver qu'il était inutile de vous respecter, juste parce que vous n'étiez plus aussi agréable à regarder.

Sven était loin d'être idiot. Ce qui le blessait le plus dans cette histoire... C'était que Jupiter n'avait pas jugé nécessaire d'intervenir en sa faveur ni même de faire apparaître la vérité que personne n'avait su reconnaître. Jupiter, cette mère que sa famille idolâtrait depuis sa création, l'avait abandonné.

Ce fut sans doute la goutte d'eau qui fit déborder le vase. Malheureux, sa fierté brisée en mille morceaux qui semblaient s'être fois-ci s'être éparpillés aux quatre coins d'Amoï, Sven décida de se couper de ses pairs, et de la société. Il lui restait sa fortune. Il rentra chez lui et décida de supporter les derniers meubles qui lui restaient, car ils étaient capables de faire les courses pour lui et de lui éviter de sortir et de faire face aux regards des autres. Bien entendu, il ne leur adressait jamais la parole, et les regards qu'il leur jetait étaient relativement éloquents... du genre à en faire froid dans le dos.

Sven a perdu son œil lorsqu'il avait vingt-six ans. Il en a maintenant trente et un, en calculant bien, on notera que cela fait cinq ans qu'il vit en reclus, enfermé dans son propre loft. Il passe ses journées à lire et à jouer du piano, se fichant bien de savoir si ça termine son cliché de vampire des temps modernes ou pas. Il ne joue pas la toccata de Bach les épaules voutées au dessus d'un orgue d'église, au cas où ça vous inquiète. Rarement, Sven ressent le besoin de sortir et de marcher... Il le fait en pleine nuit, dans les coins les moins fréquentés de Tanagura, lorsque l'ombre est suffisante pour cacher le fait que ses longs cheveux cachent désormais une balafre qu'il juge affreuse. C'est bien triste de ne plus avoir de but dans la vie... Mais alors qu'il est rejeté par les siens, et incapable d'approcher les "autres" sans vomir, sur quelle autre option devrait-il compter..?

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Pouvoirs¦
¦Pouvoir 1¦ ▬ Il s'agit d'un pouvoir comme d'une malédiction. Sven n'est pas dôté d'un pouvoir d'empathie... C'est plutôt le contraire. Par le toucher, il est capable de transmettre un sentiment, une émotion, une impression, à un autre. Ce pouvoir pourrait sembler extrêmement utile pour manipuler les gens... C'est sans doute vrai. Mais Sven n'aime pas l'idée de compter sur cette magie pour faire entendre sa voix donc il ne l'utilise vraiment qu'à petite dose, en cas de force majeure, ou bien lorsqu'on lui demande de faire usage de son pouvoir, par exemple comme d'un anti-dépresseur. Une étreinte de Sven peut vous faire oublier vos malheurs et voir la vie en rose pendant des heures entières, comme c'est mignon... Et en plus, ce n'est pas mauvais pour la santé, contrairement à ce qu'on prend d'habitude pour un effet similaire. Non, il n'est pas à vendre en pharmacie, de toute façon il faudrait déjà qu'il sorte de chez lui pour ça.

Le souci avec ce pouvoir... Eh bien c'est qu'il n'est pas tout le temps contrôlé. Si Sven est en proie à un sentiment trop puissant, surtout si il tente de l'intérioriser, le risque si il touche quelqu'un à ce moment précis est qu'il lui transmette involontairement ce sentiment exact, ce qui avouons le peut être un problème... Surtout pour l'intimité de Sven, que ce dernier aime bien garder, l'air de rien.
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦HRP¦
¦Votre âge¦ ▬ 22 ans
¦Des doubles comptes?¦ ▬ Saul Andersen
¦Des questions ?¦ ▬ Nan /o/
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Dernière édition par Sven Westergaard le Ven 25 Mar - 23:08, édité 20 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 0:21

Saule pleureuuuur o/

** gagaaa tooi tu me reserve un rp ? ** ta petite cicatrice me fascine
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 1:41

rebienvenu
Sora couché!! c'est une connaissance d'Oz... un peu de tenue xD
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 2:46

Jolie début, bienvenue!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 10:51

°écoute ce que son maître débite comme bêtises, pèse le pour et le contre avec l'ordre qu'il lui a donner et fait l'amalgame : ordre = connerie°

- ranafoutre !
Et toi belle gueule (ou demi belle gueule ? o.o) tu me réserve un rp o/


(oz: mais tu connais tout le monde twa !? XD)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 11:23

Bienvenue Sven !!! Bon courage pour la suite !!!

Magnifique début, ça promet d'être un personnage intéressant.

*fais comme si elle ne sait pas que c'est le DC de Saul* clap
Revenir en haut Aller en bas
▌Localisation : Enfermé dans son loft

INFO +
Avis :
Pouvoirs:
Autres :

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 11:27

Merci les gens :P

@Sora > Héhé, si tu veux XDDD mais attend de connaître la suite avant de voir si tu veux toujours rp avec
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 12:03

Sora... petite vermine, je vais te faire la misère à coup de chips!!

Ben, Sven c'est un coton Tige ami de Sabin quoi...
Je le connais au moins de vue...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 20:46

    Bienvenue !

    clap
Revenir en haut Aller en bas
▌Localisation : Enfermé dans son loft

INFO +
Avis :
Pouvoirs:
Autres :

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 22:39

Merci bis :P

Fiche terminée! En espérant ne pas avoir fait de bourde ni avoir trop craqué ='D *délirait à la fin*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Ven 25 Mar - 22:51

Bienvenue =)

Bon je suis un peu beaucoup occupé en ce moment même, donc si quelqu'un passe avant moi, il te validera, sinon je te demanderais d'être un petit peu patient =)

Merciii
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Sam 26 Mar - 1:50

sora : °gaspille la nourriture de son maitre en mettant le paquet à la poubelle° =D...

pfff v_v comme si j'étais du genre à me défiler èwé"

edit: °vient de lire la fiche° o.o.... j'adore l'image du bossu sans scrupule sur son orgue d'eglise XDDD
Mais hormis ça toujours rien à te reprocher =D
toute manière sora est protégé il a déjà un maitre, huhu ^^ (qui va lui botter les fesses si ça continue ~)

donc bah quand tu sera validé ça sera avec plaisir o/
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini] Sam 26 Mar - 4:58

Fiche validée !
Woooow super fiche ! Tu en avait de l'inspiration dit donc ! xD, rien a dire ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sven Westergaard [fini]

Revenir en haut Aller en bas

Sven Westergaard [fini]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Petite tornade [fini]
» [fini]Baptème d'Azurely
» Sarkozy ap fè rondomon lè Obama fini pale
» Ohoh, voici Liana ! [Fini.]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: •• LES PRÉSENTATIONS-