Bienvenue sur Ai No Kusabi RPG, Invité !

Ce forum est un RPG YAOI basé sur les OAV ainsi que sur le roman "Ai No Kusabi".

Compte tenu du caractère particulièrement violent et/ou sexuel (ou érotique), que peuvent contenir certains messages, nous déconseillons fortement l’inscription aux moins de 18 ans et aux personnes trop sensibles.

Nous attendons également de nos membres une certaine maturité, ainsi qu’un minimum d’expérience et de qualité d’écriture. Merci d'en tenir compte avant toute inscription.

>> Design optimisé pour Mozilla Firefox !!

Attention : Si certains onglets (sur la droite de la bannière ou autres) sont en décalage, actualisez la page afin que tout rentre dans l'ordre.




Ai No Kusabi refait peau neuve dans une nouvelle version !

http://ai-no-kusabi-reload.forumactif.org/

Partagez|

Conrad Vance [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Conrad Vance
Humain libre / Citoyen
avatar
Humain libre / Citoyen
Masculin

MessageSujet: Conrad Vance [Terminée] Lun 17 Oct - 18:06

Citation :




    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    ¦Nom¦ ▬ Vance
    ¦Prénom¦ ▬ Conrad
    ¦Surnom¦ ▬ Raider
    ¦Statut¦ ▬ Célibataire
    ¦Age¦ ▬ 38 Ans
    ¦Lieu de naissance¦ ▬ Amoï / Cuve
    ¦Préférence sexuelle¦ ▬ Ambivalent
    ¦Métier¦ ▬ Mécanicien
    ¦Groupe¦ ▬ Citoyen
    ¦Race¦ ▬ Humain

    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Description Physique¦

Conrad n'a jamais fait parti de ceux qui retiennent particulièrement l'attention, surtout lorsqu'on recherche la perle rare et élégante parmi les rebuts des cuves d'Amoï. Vance n'est rien de plus qu'un type lambda que l'on confondrait avec n'importe quel humain cadavérique et dont l'apparence n'imprimerait qu'un souvenir admirablement fade. Ce n'est pas un homme beau, loin de là, même si il n'est pas désagréable à regarder non plus. Mais cette fragrance insupportable qui rappelle à s'y méprendre celle du chien mouillé n'aide en rien à lui donner ce charme dont il manque cruellement.

Pas très grand pour un homme, il toise un agréable et proportionné mètres soixante quatorze. Ses longues jambes maigres, enveloppées d'un jean élimé dans le meilleur des cas, portent un torse tout aussi grêle et élancé que le reste de sa carcasse d'une saleté repoussante. Ce n'est bien évidemment pas par négligence, quoique le loufiat en aurait été capable, mais par choix qu'il arbore si fièrement sa couche de crasse: c'est un moyen comme un autre pour qu'on lui foute la paix, libre de déambuler à loisir et dans une relative sécurité.

Au gré de ses errances nocturnes, il lui arrive très régulièrement de se promener pieds nus, ajoutant à la couche de crasse qui le recouvre en permanence.

Le seul détail signifiant que l'on retient de lui finalement, c'est la longueur démesurée de son cou, ce visage anguleux et inexpressif ainsi que cette chevelure sombre qui caracole sauvagement sur ses épaules. La finesse de ses traits restent dissimulée sous une casquette rapiécée et vissée sur son crâne à longueur de journée. Par ce biais précaire, Conrad tente de dissimuler une cataracte à l'œil droit, traumatisme consécutif à une échauffourée avec la milice il y a de ça quelques années.

¦Signes distinctifs/Autres¦ ▬ De nombreuses coupures et cicatrices sur ses mains noueuses principalement dues à son métier de mécanicien. Son œil droit est recouvert d'une fine pellicule laiteuse, résultante de sa cataracte avancée.


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Description mentale¦

Conrad est un homme d'une redoutable intelligence, mais dont l'expérience misérable de sa condition humaine a ôté progressivement toute trace de sentimentalité, ne laissant qu'une implacable logique et froideur analytique. Bien entendu, ça ne l'empêche pas de se montrer aimable, mais les sourires sont toujours forcés, tordant ses lèvres en un rictus plutôt dérangeant pour le quidam qui ne le côtoie jamais.

C'est un être désabusé, renfermé, qui ne croit en rien et qui se contente de se laisser porter par le fleuve interminable de l'existence. Il ne s'intéresse à rien n'y personne (sauf si on vient quérir son aide), ne s'émeut jamais des tragédies et encore moins de sa condition. Ce ne sont que des fatalités contre lesquelles on ne peut pas lutter. Malgré son détachement profond, ou peut-être à cause de lui, Conrad à toujours des avis tranchés (sur les personnes comme sur les sujets) même si il ne cherche pas volontairement à se montrer méchant et est – pour compléter le tableau - une exceptionnelle tête de mule. Il ne s'excusera jamais pour une parole blessante, et reviendra encore moins sur ce qu'il à pu dire ou faire, puisque par essence ces événements appartiennent au passé et ne peuvent être modifiés.

La seule réalité existante pour lui est son « présent » et autant que faire se peut il tente de le préserver à minima. Voilà pourquoi il s'exprime le moins possible et dissimule son intelligence au point de passer pour un con ignorant parfois. Ne pas faire de vagues, passer inaperçu, c'est devenu un genre de crédo. Aux yeux de tous, de ses collègues comme de son patron, il est un vagabond illettré et rien d'autre.

« Ca pour sûr c'est un crétin, il sait même pas lire, mais il me coûte pas cher et il bosse bien. »

Ca fait des années que Conrad tient son rôle de baroudeur un peu sot, aidé par son écholalie persistante, mais c'est le prix à payer pour être libre à Amoï. Se rendre intéressant c'est le meilleur moyen de se faire serrer par un blondie, ou de finir dans on ne sait quel lieu sordide. Néanmoins Conrad ne s'intéresse pas aux rumeurs qui lui viennent aux oreilles. Les gens font ce qu'ils veulent de leurs fesses du moment qu'on laisse les siennes tranquilles.

Malgré son côté éminemment je m'en foutiste, Conrad a conservé de fâcheuses tendances un poil suicidaires, héritées de son enfance et adolescence déjantées.

Buvant comme un trou et alcoolique au petit matin, il se retrouve régulièrement à coucher avec le premier venu ou avec des réguliers selon les bars où il se rend, mais dans un sens il s'en fout. C'est une façon de fuir son passé et ce qu'il a fait en annihilant son cerveau pendant plusieurs heures, c'est entre autre son seul moyen de dormir un peu correctement.

Par ailleurs, depuis une très mauvaise expérience dans son enfance il est incapable de supporter l'odeur de la viande et par défaut il est devenu végétarien. Cet évènement traumatisant lui pourrit également la plupart de ses nuits et il ne peut trouver le sommeil que durant quelques heures tout au plus.

¦Défauts majeurs¦ ▬ Renfermé, Rancunier, Cru (en parole uniquement), grognon, violent
¦Qualités majeures¦ ▬ Intelligent, Discret, Fiable
¦Troubles/Phobies¦ ▬ Echolalie (Tendance spontanée à répéter systématiquement tout ou une partie des phrases) ; Végétarien ; Alcoolique
¦Manies¦ ▬ Fumer


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Histoire du personnage¦

Raider …

C'était le surnom qu'on donnait aux chiens d'ordinaire, pas aux êtres humains.

Mais à le voir marcher comme ça sous la pluie, misérable et solitaire, on ne pouvait penser à autre chose qu'à un clébard vagabond infesté de puces, prêt à ronger le premier os qu'on voudrait bien lui jeter. Ses cheveux coupés grossièrement et aplatis par la pluie ressemblaient davantage au pelage sombre et emmêlé d'un cabot.

Les badauds qu'il croisait changeaient systématiquement de trottoir tandis qu'il continuait d'avancer d'un pas nonchalant dans une direction inconnue. Conrad n'inspirait pas la confiance et encore moins la bonne santé. Il s'en fichait. Son seul intérêt résidait en ses errances nocturnes près des terrains vagues. Une habile manière de ne pas s'attirer des ennuis, car on le confondait régulièrement avec les clochards et traîne-patins du coin. Quoiqu'il restait loin de ces derniers de crainte de finir dans les draps nauséabonds d'un de ces dégénérés libidineux.

La pluie cessa après quelques interminables minutes.

Conrad enroula ses doigts noueux autour d'un petit carnet de poème racornis et en parcourut habilement les pages. Ces lignes, il les connaissait sur le bout des doigts. La moindre césure, la moindre virgule. Les mots chantaient comme il désespérait de les faire chanter lui même un jour.

Mais sa poésie était froide et sans âme.

Il se souvint avec une certaine amertume que ça n'avait pas toujours été le cas. Autrefois il avait été plus jovial. Mais qui naît dans la misère devient aussi misérable que le monde qui l'a engendré. Conrad n'avait jamais connu de changements significatifs de sa condition, mais c'est le temps qui avait effacé les espoirs d'un mouflet un peu trop naïf. Enfant il écumait les décharge dans l'espoir de trouver des pièces recyclables sur quelques robots et produits domotiques qu'il vendait au marché noir.

C'est comme ça qu'il avait commencé à bricoler dans son coin, et à réparer toutes sortes de choses plus ou moins complexes avec le temps. Bien sûr à cause de son écholalie tout le monde le prenait pour un débile un peu doué. Aujourd'hui il se rendait compte à quel point ce handicap n'en était pas un.

Enfin ce petit garçon un peu trop gentil et surtout trop con, il l'avait définitivement enterré lorsqu'il avait été recruté de force pour « l'Abattoir ».

En général tout le monde se faisait une bonne idée des trafics divers et variés du marché noir. Mais probablement pas celui qui figurait sur les étales d'un humble boucher au visage rougeaud. La viande se faisant rare dans les bas quartiers, ce petit homme replet à la face joviale avait eu l'extraordinaire idée d'en trouver et d'en élever pour presque rien dans la plus parfaite illégalité.

Des hommes, des clodos pour la plupart, arrachés à leur vie de misère et enfermés dans les bas-fonds de Seala pour être lentement découpés en morceaux puis vendus, ni vu ni connu je t'embrouille, sur les étales du marché noir. Ô bien sûr ce fameux « Boucher » n'était pas seul dans cette entreprise et tant qu'il s'en mettait plein les poches ça ne lui posait aucun problème de conscience. Les enfants étaient de la main d’œuvre bon marché qu'on pouvait exploiter et recycler plus tard pour des commandes très exotiques venant de la cité haute.

Le petit brun n'avait alors que 9 ans lorsqu'il plongea dans cet univers totalement déshumanisé. Et c'était pour ce sourire d'ange que ces dégénérés de clodos le suivaient jusque dans les entrailles de l'Abattoir, croyant obtenir un peu de bonté de leurs frères de calvaire. Tout ça pour finir en morceaux. Quelle tristesse.

Mais l'enfant qu'il était n'y voyait là que sa propre survie. Et bien vite il cessa de pleurer ces pauvres hères qu'il appâtait dans ce lieu terrifiant dont les murs suintaient le sang et diffusaient cette insupportable odeur de détergeant et de chair en décomposition.

C'est là qu'il rencontra Ilan pour la première fois, un autre enfant comme lui, avilit lui aussi à la triste réalité des bas-fonds. Passant outre les horreurs et les violences dont ils étaient tous les jours les témoins, une complicité naquit entre eux. Un soutien mutuel sans lequel ils se seraient probablement donnés la mort.

Et c'est un jour comme un autre, à bout de nerfs et de force, battus et exploités par le Boucher et ses hommes, qu'ils décidèrent de mettre le feu à l'Abattoir. Tout ce qu'ils voulaient c'était laisser derrière eux ce qu'ils avaient vu, ce qu'ils avaient vécu, et les exactions auxquelles ils avaient été forcés de participer. Tout brûler et donner une mort plus digne à toutes ces pauvres âmes prisonnières des geôles.

Jamais ils ne surent ce qu'il advint de l'Abattoir et de ses habitants, mais ils avaient purement et simplement disparu du marché noir.

Adolescent et toujours en compagnie d'Ilan, Conrad vécut sa propre crise existentielle comme tant d'autres enfants avant lui. Il avait ressenti le besoin de se prouver quelque chose, de se sentir un peu vivant après ces années d'horreur et de frustration, alors il s'engagea sur la voie la plus stupide et dangereuse qu'il put choisir : les combats. Lui le gringalet des bas-fonds, transformé en chien enragé pour gagner quelques misérables sous. De cette époque il ne conserva que son surnom : Raider et une cataracte qu'il doit à une descente de la milice - en plus d'une légère tendance à grogner plus qu'à s'exprimer. 

Mais il y a une chose dont il ne parle jamais, en dehors de sa vie terrifiante à l'Abattoir, c'est la mort de son meilleur ami. Un soir où ils se retrouvèrent face à face, et poussé par l'adrénaline et le public déchaîné, il asséna un coup plus violent qu'il ne l'aurait voulu. Son ami tomba pour mourir dans les quelques instants qui suivirent, un sourire aux lèvres. Jamais Conrad ne se pardonna son geste. Ilan était pour lui comme un ami, un frère, et un amant. La seule personne qu'il ait jamais vraiment aimé dans sa vie, venait de disparaître à cause de lui.

C'est à cette époque précisément qu'il sombra dans l'abyssale folie de ce monde. Il fut récupéré par un pseudo entraîneur. Un colosse du nom d'Eddie, qui entraîna Conrad dans son univers malsain et dégénéré. Sexe, drogue, alcool et combats furent son quotidien durant des années. Sa relation avec le mongrel était pour le moins étrange, aussi violente que morbide car Conrad ne vivait que pour s'auto-détruire.

Alors Eddie le dressa comme un on dresse un chien. A mordre quand on l'ordonnait, à baiser lorsqu'il le voulait. Il n'y avait pas de limites et Conrad n'en avait pas d'avantage. Tous deux étaient liés par cette délirante soif de folie qui les dévorait tous les jours un peu plus.

Ce fut quelques années plus tard, lors de la descente improvisée de la milice qu'il fut séparé d'Eddie et ce dernier envoyé en taule pour une durée indéterminée. C'est ainsi que le brun se retrouva seul à nouveau.

Heureusement, l'eau avait coulé sous les ponts depuis cette triste période, et Conrad s'était construit une vie tranquille, sans embrouilles ni combats. Il vivait de son travail de mécanicien et associé du proprio dans une modeste PME répondant au charmant nom de « Aaron & Fils ». Soulagé de passer bientôt la barre des quarante ans, il espérait finir ses jours comme il les avait commencé, dans l'anonymat le plus complet. Mais malgré ça, sa tranquillité d'esprit n'était que relative et son désir morbide et sous-jacent de se détruire, toujours présent.
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦HRP¦
¦Votre âge¦ ▬ 22 ans
¦Des doubles comptes?¦ ▬ None
¦Des questions ?¦ ▬ None
¦Crédits Avatar ▬ Wth0816

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬


Dernière édition par Conrad Vance le Mar 21 Fév - 10:38, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamijou
Pet - Animal de compagnie
avatar
Pet - Animal de compagnie
▌Localisation : sans abri...
Masculin
INFO +
Avis :
Pouvoirs:
Autres :

MessageSujet: Re: Conrad Vance [Terminée] Lun 17 Oct - 20:04

love j'aime trop ton personnage, ça change ce que j'ai pu lire... j'ai trop envie que mon personnage te tend sa main et vivre avec lui, je ne sais pas il préfère vivre vraiment cette solitude vu comment elle est racontée.
En tout cas Bienvenue. clap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/user/ritsu45?feature=mhee
Invité
Invité
avatar

MessageSujet: Re: Conrad Vance [Terminée] Lun 17 Oct - 20:39

Bonjour et bienvenue sur ANK !

J'adore tout simplement ton personnage ! Sombre, froid, mystérieux ! J'adore !

Fiche validée !
Je n'ai rien à ajouter !
Ah si ! love ton avatar !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Conrad Vance [Terminée]

Revenir en haut Aller en bas

Conrad Vance [Terminée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Hermione Granger ( terminée)
» 101 TH AIRBORNE (Armée terminée en 1 semaine de quickpainting)
» Azur, adorable petite boule de poils bleue. (Terminé. )
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: •• LES PRÉSENTATIONS-