Bienvenue sur Ai No Kusabi RPG, Invité !

Ce forum est un RPG YAOI basé sur les OAV ainsi que sur le roman "Ai No Kusabi".

Compte tenu du caractère particulièrement violent et/ou sexuel (ou érotique), que peuvent contenir certains messages, nous déconseillons fortement l’inscription aux moins de 18 ans et aux personnes trop sensibles.

Nous attendons également de nos membres une certaine maturité, ainsi qu’un minimum d’expérience et de qualité d’écriture. Merci d'en tenir compte avant toute inscription.

>> Design optimisé pour Mozilla Firefox !!

Attention : Si certains onglets (sur la droite de la bannière ou autres) sont en décalage, actualisez la page afin que tout rentre dans l'ordre.




Ai No Kusabi refait peau neuve dans une nouvelle version !

http://ai-no-kusabi-reload.forumactif.org/

Partagez|

Adriel Chaï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

MessageSujet: Adriel Chaï Mar 31 Jan - 23:09





    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

    ¦Nom¦ ▬ Chaï
    ¦Prénom¦ ▬ Adriel
    ¦Surnom¦ ▬ aucun
    ¦Statut¦ ▬ Blondie
    ¦Age¦ ▬ 34 ans
    ¦Lieu de naissance¦ ▬ Amoï
    ¦Préférence sexuelle¦ ▬ Jupiter interdit les relations sexuelles, il n'en a pas
    ¦Métier¦ ▬ il a longtemps travaillé pour Guardian, aujourd'hui si il continue il travail surtout pour le marché noir
    ¦Groupe¦ ▬ Blondie
    ¦Race¦ ▬ Blondie
    ¦Personnage vacant ?¦ ▬ non

    ▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬



▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Description Physique¦
Quand on le voit ce Blondie là n’a rien de bien impressionnant. Il est loin de faire peur même. Adriel mesure 1.83m, il est grand si l’on peut dire, mais il en est des bien plus grands que lui. Son poids n’est pas excessif non plus, on pourrait le penser un peu maigre puisqu’il ne dépasse que difficilement les 76 kg. Il n’est pas bien musclé alors autant ne pas s’attendre à la carrure d’un grand sportif sous les vêtements. Adriel n’a pas besoin d’être fort pour se défendre, son pouvoir lui suffit amplement.
Son visage est fin, angélique, tellement innocent qu’on le croit à tord fragile, délicat. Presque féminin, d’où le fait qu’on ne le prenne que très rarement au sérieux. Et son expression de douce folie au fond de ses prunelles ne fait qu’accentuer cet air enfantin. Toutefois lorsque la colère le gagne alors l’enfant s’efface pour l’homme implacable et aliéné qu’il est à ses heures. Il devient alors mauvais, dangereux même, un sourire pervers aux lèvres. Et il révèle toutes ses capacités. A défaut de force brute, il est rapide et vivace, très souple également, et possède un sens de l’équilibre étonnant. Si bien qu’il en joue souvent pour faire l’idiot ce qui ne fait que renforcer son image de clown insignifiant. On se demande encore si il joue de cette image pour tromper l’adversaire ou si il est naturel. Mystère. Même lui ne semble pas le savoir.

Autrefois ses yeux étaient couleur de pluie, un mélange de bleu, de gris, et une pointe de vert. Un regard magnifique et très expressif. Mais aujourd’hui, suite à l’accident, il porte des lentilles qui leurs confèrent une couleur rouge rubis, très claire pour ne pas paraitre totalement surnaturelle. Il n’empêche que l’on sait lorsqu’on le voit que cette couleur n’est pas naturelle. Adriel n’aime pas parler de ses yeux, sa grande honte, et il ne retire que très rarement ses lentilles. Une chose que son médecin lui reproche, car à trop les garder elles risquent de devenir plus néfaste qu’autre chose et accélérer la perte de sa vue. Sous les lentilles, l’œil droit est totalement aveugle. On discerne encore l’ancienne couleur de ses iris malgré le blanc laiteux qui gagne peu à peu du terrain. Néanmoins, Adriel a cette formidable capacité de tourner en dérision la plus dramatique des situations. Alors son regard n’a rien perdu de son expressivité. Toujours aussi pétillant, toujours aussi éclatant de folie plus ou moins prononcée selon son état d’esprit, toujours aussi malicieux. Le regard d’un enfant par moment, souvent joueur.

Ce visage angélique est encadré par de longs cheveux argentés qui lui tombent au milieu du dos. Il les attache souvent en une queue de cheval plus pour la forme que pour paraitre coiffé. A vrai dire cela ne sert souvent à rien car il a toujours des mèches qui lui tombent sur les yeux, et terminent dans sa bouche. Il les a fins et soyeux, peut être un peu trop fragile si bien qu’ils cassent pour un rien. Adriel en prend grand soin, c’est qu’il est un peu coquet sur les bords. Seuls ses cheveux prouvent sa nature de Blondie, car rien dans son attitude ne le confirme. Bien qu’il ne soit plus considéré comme tel par ses pairs, il ne peut cependant pas se mêler à la foule comme il le souhaite puisqu’on le catalogue immédiatement.

Sa peau est claire et ne souffre d’aucune imperfection, il ne manquerait plus que ça ! D’un blanc opalin, elle s’accorde parfaitement à sa couleur de cheveux, mais fait légèrement ressortir ses yeux. Elle est aussi pure qu’au premier jour car personne ne l’a jamais touché. Au moins lui permet elle de s’habiller comme il l’entend. Et Adriel adore les vêtements ! Il en possède une grande quantité, des plus sobres aux plus excentriques, de toutes les couleurs. Il s’habille selon son bon plaisir et peu parfois passer des heures à essayer diverses combinaisons pour le seul plaisir de s’amuser. Le tout devant ses poupées pour qu’elles lui donnent leurs avis bien sûr. A ces vêtements s’ajoutent des tonnes d’accessoires, chapeaux, écharpent, chaussures, à en faire craquer son armoire. Même les vêtements qu’il ne porte qu’une fois il les garde.

¦Signes distinctifs/Autres¦ ▬ il est quasi aveugle. Un oeil est mort, l'autre est couvert d'une lentille, dernière technologie lui permettant de voir convenablement, mais qui leur confère une couleur rubis


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Description mentale¦
Ce qui caractérise cet homme est probablement le profond dégoût qu'il a pour lui même. Il est indigne e représenter sa race, indigne de sa Mère. Pas seulement à cause de ses yeux mais également en raison de son métier au sein de ce monde. Il n'en est pas fier et comprend parfaitement la haine et le mépris qu'il inspire à ses semblables. Pour cela Adriel accepte les brimades sans essayer de contester, de se défendre. Un vrai Blondie aura tout à fait le droit de le rabaisser quitte à le traiter comme un vulgaire humain. Néanmoins il n'ira pas jusqu'à se soumettre à la volonté de son vis-à-vis. Malgré sa piètre opinion de lui même Adriel reste un Blondie, un être supérieur, un enfant de Jupiter quand bien même cette dernière a oublié son existence. Pour cela il ne permettra pas d'être abaissé au niveau d'un Pet. Et bien mal serait un Animal ayant l'audace de lui manquer de respect. Ses poupées n'ont pas à se rebeller contre leur maître.
Adriel se plait à faire l'idiot, à tourner en ridicule les situations les plus sérieuses. Un comportement qui exaspère plus qu'autre chose son entourage. Il est impossible de savoir avec exactitude ce qu'il pense de tel sujet ou de telle personne puisque de toute façon il ne dit rien. Rien de pertinent s'entend. C'est sa manière à lui de se protéger. Quand on a pas d'avis on ne vous demande rien. Si on ne vous demande rien on vous laisse tranquille. Et sa tranquillité n'a pas de prix. Pour autant Adriel n'est pas sans avis au contraire. Bien que la politique ne soit pas sa tasse de thé. Il est donc discret tout en étant très observateur. Bien souvent il aide, d'une manière particulière certes mais il aide quand même. Il n'est pas non plus sujet aux colères. A vrai dire c'est un homme plutôt calme.

Mais tout le monde le sait, chaque être possède une face obscure. Adriel ne fait pas exception. Il est en effet ce qu'on appelle un fétichiste. Un mot au sens large qui englobe bien des genres. Tous ne sont pas similaires. Ses divinités à lui sont les poupées.
Il les collectionne, toutes, les plus belles soigneusement rangées dans une vitrine. Il les habille, les coiffe, leur parle, joue avec elles pendant des heures. Elles ont toutes reçu un prénom et il change de favorite aussi souvent qu'il le désire. Elles vivent avec lui dans son appartement, rangées das une pièce qu'il est le seul à pouvoir pénétrer. Ses poupées sont sa manière à lui d'extérioriser ces pulsions qui secouent chaque homme un jour ou l'autre. Alors quand le désir se fait sentir il s'enferme dans cette pièce et s'occupe de ses poupées. Mais parfois, quand l'une d'elle le contrarie, il la détruit sans le moindre état d'âme.
Avec ses Pets c'est la même chose. Ils sont des poupées grandeur nature qu'il n'a néanmoins jamais touché. Jupiter l'a interdis. Et comme ses poupées il les détruit lorsqu'ils le contrarient. Adriel n'est ni plus ni moins que le produit né d'un monde d'excès et de perversion.

¦Défauts majeurs¦ ▬ ne prend jamais rien au séireux, pas fiable, manipulateur
¦Qualités majeures¦ ▬ drôle, excentrique, soigné, relativement gentil
¦Troubles/Phobies¦ ▬ il est fétichiste
¦Particularités¦ ▬ c'est un éternel enfant
¦Manies¦ ▬ il mange beaucoup de sucreries


▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Histoire du personnage¦
L'Enfer est pavé de bonnes intention.


Aussi étrange que cela puisse être, Adriel a été désiré. Ses parents, ses pères, avaient fais cette demande exceptionnelle d’avoir un fils issu de leurs gênes. Sans doute parce qu’ils étaient fidèles, dévoués, que jamais ils n’avaient fais le moindre faux pas, Jupiter leur accorda ce privilège. A ce jour un seul autre Blondie eut droit à un tel traitement : le propriétaire du Petshow. Seulement cette « bonté » cachait un secret, un très lourd secret. L’égoïsme poussé à son paroxysme, une bonne intention qui eut des répercussions terribles sur l’enfant à venir. Les bonnes intentions, un fléau, l’Enfer en est pavé. Dans un monde gouverné par la technologie il n’est rien de plus simple que de changer d’identité, de berner son entourage, de disparaitre. Ce que personne jamais ne sut prenait le nom d’un vice tabou, un pêché impardonnable même pour les Blondies : inceste. Ce couple si gentil, si droit, ces deux hommes n’étaient autre que deux frères, nés à quelques années d’intervalles. Les détails de cette affaire, Adriel ne les connait pas, et certainement sont-ils cachés dans ces dossiers interdits d’accès quelque part dans la Tour Blanche. Peut être un jour les découvrira-t-il.

Quoiqu’il en soit, l’enfant vint au monde. Et dans les premières années de sa vie, rien ne laissait présager le moindres troubles liés à cette union consanguine. Son éducation fut stricte, comme pour chaque Blondie. Il reçut des enseignements aussi divers que variés, et mettait un point d’honneur à exceller dans chacune d’elle. Mais sa matière de prédilection restait l’anatomie. Il était incollable sur le corps humain, ses fonctions, ses limites, ses perspectives d’évolution. Cela le fascinait. Et ses parents voyaient d’un mauvais œil cet attrait pour la chair, craignant que leur enfant ne succombe quelques années après aux vices de la luxure. Alors ils s’empressèrent de lui faire comprendre à quel point le corps est aussi une chose sale et repoussante, impure, à quel point il peut prendre le pas sur l’esprit et transformer le plus droit des hommes en bêtes qu’on expose sur une scène. Afin de l’effrayer, on lui expliqua que les Pets étaient autrefois des Blondies ayant succombé au pêché de chair. Et que pour que les prochaines générations ne fassent pas la même erreur, on les obligeaient à s’adonner à d’immondes pratiques en public. Il y crut. Et de ce fait n’en trouva le corps que plus attirant encore, bien qu’effrayant. Comment pouvait-il détenir un tel pouvoir ? Comme une chose si fragile, si éphémère pouvait mettre à genoux un être de raison ?
En parlant de pouvoir, le jeune Blondie découvrit le sien vers sept ans, mais ne comprit toute son ampleur que six ans plus tard. Au début on lui attribua à tord un pouvoir de télékinésie, avant de finalement comprendre qu’il n’en était rien. Là encore la déception fut au rendez vous. On ne comprit pas bien ce qu’un tel pouvoir avait d’effrayant. Eux qui rêvaient d’un grand avenir pour leur fils, voilà que tout s’écroulait. Honteux, le jeune Adriel faisait en sorte de ne jamais exposer son don en présence de ses aînés. Tout comme il cachait ses lectures diverses sur tout ce qui abordait l’anatomie. Ce fut cette fascination pour le corps qui l’aida à comprendre à quoi pouvait bien servir son pouvoir. Et plus particulièrement un art appelé acupuncture. Une pratique consistant à piquer certains points du corps pour en modifier les énergies. Mais aussi pouvant paralyser selon le point toucher. Tout naturellement il l’étudia jusqu’à devenir incollable sur le sujet. Les organes vitaux, les points sensibles du corps à découvert facilement touchables, les nerfs à piquer pour faire s’effondrer un homme, il n’y avait plus qu’à expérimenter. Au début il le fit sur des poupées de chiffons qu’il fabriquait le soir venu pour passer le temps. Un simple entrainement ayant pour but de l’aider à visualiser où piquer. Il s’y attela pendant des années, jusqu’à être en âge de pouvoir s’essayer sur un cobaye de chair et d’os.

Parallèlement à ça le jeune Blondie poursuivait son apprentissage de la vie auprès de ses parents. Certes ils n’étaient pas les meilleurs tuteurs qui soient, et leur douce folie déteignait parfois sur leur fils. Ils lui interdisaient de sortir, de se mêler à la foule, de jouer aux jeux vidéos ou même de regarder la télévision. Il devait étudier et ne pas perdre pied dans un monde imaginaire. En même temps ils cherchaient à le protéger de la méchanceté de cet univers. Ils ne voulaient que son bien dans le fond, lui éviter de souffrir, de saigner, de pleurer. Des bonnes intentions et juste de bonnes intentions.
Vint le temps pour le couple d’affronter les problèmes liés à cette difficile période qu’est l’adolescence. Plus que jamais le désir d’indépendance de leur fils se faisait sentir. Mais plus que cela encore vinrent les questions relatives à la sexualité.
Désir, envie, amour, sexe ? Autant de notions bien compliquées à expliquer à un jeune enfant, bien qu’Adriel ait 15 ans. Mais surtout, difficile de ne pas lui donner envie d’expérimenter par lui-même. Alors une fois encore on lui expliqua à quel point ces envies lubriques étaient dangereuses, déshonorantes, qu’il finirait comme un Pet, voire pire. On lui interdit formellement d’aborder ces sujets, de n’oser ne serait-ce qu’y penser.

Alors il n’y revint plus, et le soir venu restait enfermé dans sa chambre avec ses poupées. Depuis tout petit elles étaient ses seules amies, car ses parents ne l’autorisaient pas à sortir, rien que de le laisser aller à l’Académie fut une épreuve. Adriel s’était prit de passion pour ces êtres de chiffons qu’il faisait naître de ses mains. Chacun faisait l’objet d’heures et d’heures de travail, d’amour qu’il leur donnait faute de pouvoir le ressentir pour d’autres. Elles portaient toutes un prénom unique, et il fabriquait leurs vêtements avec cette même attention que lorsqu’il donnait vie à ses chéries.
Quand cette époque de trouble arriva, quand les envies lui prenaient le ventre, il s’enfermait dans sa chambre et s’occupait d’elles. Il les choyait, les coiffait, les habillait, jouait avec elles jusqu’à faire disparaitre ces envies malsaines. Mais malgré ça, il lui arrivait de ne pas réussir à se calmer. Alors, dans la nuit complète, avec la honte au ventre et le rouge aux joues, il glissait sa main sur son ventre, n’osant descendre plus bas, et parlait à ses poupées, les implorait de le délivrer de ce feu ardent. Parfois il passait la nuit sans dormir tant il craignait d’être surprit à être si osé, si indécent si … semblable à un Pet.

***

Le gardien des secrets de Tanagura


Chaque Blondie sur Amoï a un travail bien particulier, une tache qui lui incombe, un rang et des responsabilité. Une fois considéré comme adulte, Adriel découvrit quelle était la sienne. Ses parents, Hashra’O Chaï surtout, avaient toujours eu un lien particulier à Guardian et son leadeur, Judd Crepge. Guardian, l’un des secrets de Tanagura, peut être même le plus grand. Une organisation confidentielle aux activités mal définies, et bien entendu inconnues du grand public. Même pour les Blondies elle était impénétrable. Rares étaient ceux la connaissant, plus rares encore ceux connaissant son secret. Il y avait Iason bien entendu, Raoul après lui devait certainement connaître, et puis ce meuble trop curieux qui infiltra autrefois les réseaux sécurisés de la cité haute dont la cicatrice sur sa joue lui rappelait à chaque instant quel prix on devait payer en ce monde pour satisfaire sa curiosité.

Adriel était appeler à travailler pour Guardian. Pas en tant que recruteur, mais en tant que gardien. Son rôle se bornait à protéger les secrets de l’organisation, on plaçait en lui cette confiance car il était le fils de Hashra, et que le seul nom de Chaï suffisait à garantir la fiabilité de la personne. Et il s’y attela. Lorsque quelqu’un s’intéressait d’un peu trop près à Guardian, Judd en personne chargeait le jeune homme d’éliminer l’importun. Oh il ne se salissait pas les mains lui-même, jamais, il s’arrangeait pour que cette mort soit … Accidentelle. Mais surtout, il devait faire disparaitre les preuves accumulées par le fouineur, preuves qui, si elles étaient révélées au grand jour, viendraient à menacer l’ordre établit.
C’est lors de ces missions qu’Adriel s’entrainait à utiliser son pouvoir sur des êtres vivants. Du moins au début. Car il comprit bien vite que mieux valait que son visage ne soit jamais connut. Alors il trouva de quoi palier à ce manque : les Pets. Il acheta son premier Pet à l’âge de 20 ans. Et ce fut sur ce malheureux qu’il perfectionna sa technique. D’abord trouver quelle taille d’aiguille utiliser. Combien en utiliser également. A quelle vitesse les lancer pour qu’elles traversent la peau rapidement, sans bavures. Mais surtout, apprendre à les envoyer sur les points vitaux, les nerfs à la rigueur si il ne s’agit que de paralyser. Comment tuer vite et bien, sans douleur ou presque. Ainsi il eut plusieurs Pets, aucun ne dura bien longtemps, son record fut deux mois. Une dizaines de jeunes hommes sacrifiés au profit de son art.
Mais deux ans plus tard, alors qu’il allait acheter un nouveau cobaye, il fut attiré par un Pet bien particulier. Un très jeune garçon d’à peine 15 ans, tout juste sortit de l’enfance, à la beauté bien singulière. Impossible de dire si il s’agissait d’un garçon ou d’une fille à moins de le voir nu. Un Pet de Luxe docile, gracieux, au visage opalin. A vrai dire lorsqu’il le vit, la première chose que se dit Adriel fut que ce garçon là ferait une magnifique Poupée. Une poupée et non un Pet. Une poupée grandeur nature qu’il pourrait habiller et coiffer à sa guise. Sans voir plus loin que cela, il l’acheta. Ce garçon s’appelait Moonryl.

Fantômatique Blondie


Il le garda à ses côtés plusieurs années. Cinq ans en tout. Cinq longues années durant lesquelles il ne le toucha pas une fois, ne l’emmena pas aux soirées, mais fit de lui une véritable poupée. Le Pet s’était habitué aux étrangetés de son maître et s’en accommodait plutôt bien. Après tout il était nourrit, logé; bien traité. Pourquoi s’en plaindre ?
Et comment aurait-il pu prévoir ce gentil garçon, que son maître le ferait abattre cette même année ?
Cette année là fit basculer le Blondie. Il tomba de haut, se rendant compte que son statut et son rang ne valait finalement rien.

On l’avait envoyé pour une importante mission. Judd l’avait convoqué en urgence au milieu de la nuit. Un piratage, encore, mais cette fois particulièrement bien monté. On soupçonnait tout un groupe d’être derrière tout ça. Heureusement rien n’avait été volé, mais devant l’agressivité de cette attaque il fallait mettre à mal ces fouineurs. Adriel n’en demanda pas plus et se lança à leur recherche.
Le Blondie découvrit dans un entrepôt de Dahn Bahn tout un réseau de câbles et d’ordinateur, le tout parfaitement monté et suffisamment puissant pour déjouer les sécurités de Guardian à la prochaine attaque.
Seulement les choses ne se passèrent pas comme prévues. En temps normal le Blondie s’en sortait indemne et sans intervenir, mais cette fois- ci il était attendu. Et bien qu’il ne fusse pas seul cette nuit là, le combat fut sanglant. Les fouineurs furent tués,, quelques miliciens également, et Adriel perdit la vue. Il ne se souvenait plus du comment ni du pourquoi, toujours est-il que ses yeux, ses beaux yeux couleur de pluie perdirent leur éclat.

Au lieu d’aller se faire soigner il rentra directement chez lui cette nuit là. Moonryl, inquiet de voir son maître en si piteux état, appela immédiatement un médecin. Il eut à peine le temps de revenir auprès du Blondie que ce dernier hurla. Il prenait conscience de son état, de ses yeux perdus, de cette imperfection sur son visage. Fou de rage et de douleur, il tua sa Poupée. Elle tomba inerte à ses pieds, le regard éteint encore emprunt de surprise, d’incompréhension et de tristesse.

Il fallut des mois au Blondie pour se remettre de ses blessures. Grâce aux progrès de ma médecine on put sans trop de mal palier à son problème de vue. Hélas il perdit à jamais sa couleur naturelle, remplacée par un rouge rubis assez clair pour ne pas paraitre totalement surnaturel.
Bien entendu cet incident ne fut pas sans conséquences. Ses parents se volatilisèrent. Jamais Adriel ne sut ce qui était arrivé. Devenu inutile pour Guardian, on -Judd surtout- lui conseilla fortement de disparaitre lui aussi. Aussi se fit-il passer pour mort. Rien de bien compliqué, faire disparaitre quelqu’un est un jeu d’enfant, même quand il s’agit d’un Blondie. De toute façon il avait perdu son statut, il avait déshonoré ses parents en ratant cette dernière mission, et bien entendu était indigne de la confiance de Judd. La solution la plus simple aurait été de le tuer. Toutefois, en « reconnaissance » des services rendus on lui laissa la vie. Adriel ne révèlerait rien des secrets de Guardian, jamais, la honte n’en serait que plus grande encore.

¦ Petite description rapide de votre personnage¦ ▬ Il est un peu difficile de le situer au niveau de la politique tant cette question lui passe par dessus la tête. Tout ce qui compte à ses yeux ce sont ses poupées. Pour autant il ne touchera pas un Pet, sans compter qu'il n'éprouve que du dégoût pour ces créatures.
Adriel a longtemps travaillé pour Guardian Suite à une affaire ayant mal tournée il a perdu la vue et se voit aujourd'hui renvoyé en bas de l'échelle, ne valant pas plus qu'un humain. A présent il travail sur le marché noir selon les contrats qu'on lui propose. Si il connait tout des secrets de Guardian, il n'en parle jamais.

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦Pouvoirs¦
¦Pouvoir 1¦ ▬ Adriel est un marionnettiste, et à ce titre il peut utiliser des "fils" pour faire mouvoir ce qu'il veut. Ces fils ne se voient pas, lui même ne peut les apercevoir, juste les ressentir. Pour d'autres que lui le pouvoir du Blondie s'apparente à de la télékinésie.
Ce don lui permet par exemple de lancer des centaines d'aiguilles sur une personne. Il faut savoir que plus la chose à manipuler est légère, plus il peut en manipuler d'un coup. Prendre le contrôle d'un corps en revanche demande bien plus d'énergie et le laisse souvent épuisé. Néanmoins, en de rares extrémités, il en est capable.
¦Pouvoirs 2¦ ▬ Écrire ici
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬

▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬ ¦HRP¦
¦Votre âge¦ ▬ 21 ans
¦Des doubles comptes?¦ ▬ oui plein, Raoul, Aïdan et Alex (j'aime les prénoms en A en fait xD)
¦Des questions ?¦ ▬ nope
▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬▬
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raoul AM
Blondie
avatar
Blondie

INFO +
Avis :
Pouvoirs:
Autres :

MessageSujet: Re: Adriel Chaï Mar 14 Fév - 11:57

Fiche validée !
Validation de moi à moi, comment me remercier ?

✖-------------✖-------------✖





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Adriel Chaï

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

-
» Le canard déchaîné - N°1 - 26/02/2012
» Can you see me? [Adriel]
» [Guide] La pêche à la chaîne ! Comment avoir des shiny le plus rapidement possible
» Chaînes youtube sur l'histoire
» Adriel Ushadar, le Démon Forgeron
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Administration :: •• LES PRÉSENTATIONS :: •• Les personnages acceptés :: •••• Les Blondies-